Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 12:03
Plus néolibéral que pouvait le laisser supposer son étiquette social-démocrate (SPD), l'ancien chancelier fédéral Gerhard Schröder, père spirituel d'une dérégulation du marché du travail ainsi que d'une politique de dumping social connus sous les appellations "Agenda 2010" et "Hartz IV", aura été l' idole des marchés financiers ainsi que le mentor de nombreux hommes politiques européens en quête de redressements budgétaires effectués sur le dos des salariés. Il quitta la scène politique après un second mandat houleux et des élections perdues, mais parvint aussitôt à se faire engager au sein de conseils d'administration de diverses grandes sociétés, tout en menant parallèlement à cela des activités de lobbyiste.

Plus néolibéral que pouvait le laisser supposer son étiquette social-démocrate (SPD), l'ancien chancelier fédéral Gerhard Schröder, père spirituel d'une dérégulation du marché du travail ainsi que d'une politique de dumping social connus sous les appellations "Agenda 2010" et "Hartz IV", aura été l' idole des marchés financiers ainsi que le mentor de nombreux hommes politiques européens en quête de redressements budgétaires effectués sur le dos des salariés. Il quitta la scène politique après un second mandat houleux et des élections perdues, mais parvint aussitôt à se faire engager au sein de conseils d'administration de diverses grandes sociétés, tout en menant parallèlement à cela des activités de lobbyiste.

                                                                      En direct de Berlin par Sirius

 

 

Alors que les milieux financiers internationaux appuyés par les instances de l'UE ainsi que les nombreux gouvernements conservateurs européens cherchent à faire plier le nouveau gouvernement grec afin de lui imposer une rigueur budgétaire dont on sait qu'elle aura des effets dévastateurs sur les couches sociales déjà les plus défavorisées de ce pays, Athènes attend toujours que les institutions européennes ainsi que des pays comme l'Allemagne ou la France reconnaissent enfin la part de responsabilité qu'ils portent en regard de la situation financière particulièrement dramatique de la Grèce (voir nos divers articles traitant de ce point sous notre rubrique "SOCIÉTÉ & SOLIDARITÉ"). Pendant ce temps, outre-Rhin, une contestation populaire grandissante dénonce la politique d'austérité salariale et sociale que mène le gouvernement de Mme Merkel, et qui entraîne une vague sans précédent de suicides et drames familiaux, tellement la gestion économique autoritaire du pays est inégalitaire.

L'Allemagne, recordman mondial du dumping salarial. Le pouvoir d'achat des salariés percevant un salaire médian à diminué de 4,5% entre 2000 et 2010, alors que le pays possède les industries les plus modernes et l'une des économies les plus productivistes de la planète.

L'Allemagne, recordman mondial du dumping salarial. Le pouvoir d'achat des salariés percevant un salaire médian à diminué de 4,5% entre 2000 et 2010, alors que le pays possède les industries les plus modernes et l'une des économies les plus productivistes de la planète.

C'est dans ce contexte de déstabilisation sociale européenne généralisée et de marginalisation économique de plus en plus prononcée des pays constituant le flanc sud de l'UE que le peuple grec a, par voie référendaire, largement repoussé la poursuite de la politique d'austérité sociale et budgétaire voulue par les technocrates néoconservateurs de Bruxelles et les expansionnistes économiques d'outre-Rhin. 

Pourcentage des bas salaires dans l'ensemble du monde salarié européen.

Pourcentage des bas salaires dans l'ensemble du monde salarié européen.

Face à la pensée uniformisée qui règne dans les cercles politico-économiques européens et s'éloigne toujours plus des aspirations sociales des peuples de l'Union, Yanis Varoufakis, ancien ministre des finances de l'actuel gouvernement Tsipras, exprime ce qui pourrait demain basculer sur notre continent * :

 

"La crise sociale a atteint les sociétés à cause de l' architecture mal bâtie de la zone euro, offrant ainsi aux européens de bonnes raisons de rendre l'Europe responsable de cette situation et de refuser d'accepter que l'UE puisse se retrancher derrière des positions légalistes, étant donné qu'il n'est pas du devoir des citoyens de prévoir quels coûts sociaux les institutions européennes bancales peuvent engendrer." , puis d'en conclure : " Si l'UE ne réagit pas, alors l'Europe courra le risque d'assister à une montée des extrémismes, du racisme et de la xénophobie, voire encore d'un nazisme revendicatif."

 

 

* A modest proposal for resolving the Eurozone crisis (Une modeste proposition pour résoudre la crise de la Zone euro), ouvrage collectif de Yanis Varoufakis, Stuart Holland et James K. Galbraith – 2015

                         

Note

Griefs des opposants à l' Agenda 2010 et les lois Hartz IV  

                                    Source : http://www.die-opfer-der-agenda-2010.de/


L’Agenda 2010, ainsi que la législation qui résulte du régime Hartz IV (équivalent du RSA en Allemagne), engendrent sciemment la pauvreté ainsi que la privation de droits. Ceci nous concerne tous, directement ou indirectement, aujourd’hui ou demain.


Nous exigeons la suppression immédiate du travail obligatoire et des sanctions inscrites dans le code de la Sécurité sociale allemand § 31 und § 32 SGB II, non conformes à la Loi fondamentale allemande et aux droits de l’Homme.

 

L’Agenda 2010, et notamment les lois Hartz IV, ne touchent pas seulement les 10 millions de personnes directement concernées. En effet, au travers de la pression exercée sur les salaires et les contrats de travail, les lois Hartz IV déploient leurs forces destructrices sur toute la société.


Les chômeurs sont contraints d’accepter des mesures d’emplois précaires ou inappropriées pour pouvoir subsister. Le dumping salarial et les bas salaires ont engendré une spirale concurrentielle qui tire les salaires vers le bas. Des emplois précaires et mal payés se développent de manière épidermique et remplacent les contrats de travail réglementés.


Cette expansion du secteur des bas salaires et cet appauvrissement d’une grande partie de la population sont voulus par les décideurs politiques allemands et s’exportent maintenant dans une grande partie de l’Europe. L’Allemagne contraint des États membres comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne à diminuer les salaires. Le modèle Hartz IV est également recommandé à d’autres pays. Le président français François Hollande a ainsi rencontré fin janvier Peter Hartz, le père de la dérégulation du marché du travail en Allemagne. Hartz IV devient le modèle à exporter dans toute l’Europe.


Nous voulons supprimer les lois Hartz IV qui méprisent la dignité humaine en vantant la mise en place de services „modernes“ sur le marché du travail. Nous exigeons le droit à un revenu d’existence inconditionnel.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius
commenter cet article

commentaires