Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 10:43

 

Épandage d'herbicides et pesticides dans l'agriculture productiviste. Photo : AFP

                                                                                                                                                                  L'EFFONDREMENT D'UN  MYTHE                                                                               

L'Autriche est le premier pays de l'UE à avoir décidé il y a un an d'interdire le glyphosate. Cette interdiction devrait entrer en vigueur après quelques retards.

 

Néanmoins, ce pays a encore un obstacle à surmonter : la Commission européenne doit accepter l'interdiction. Bayer-Monsanto, producteur quasi-monopoliste de ce produit tant décrié, essaie naturellement d'empêcher cela avec ses lobbyistes omniprésents au sein des instances bruxelloises.



La multinationale veut à tout prix mettre un terme à cette tentative d'interdiction car elle sait que si l'Autriche parvient à être le premier pays de l'UE à obtenir gain de cause sur le glyphosate, d'autres suivront aussitôt. Les herbicides et pesticides synthétiques étant des vaches à lait pour l'industrie agrochimique, cette dernière défend donc par tous les moyens la prolongation de l'utilisation de ces produits qui font de nombreux ravages tant sur les plans de la biodiversité et de l'environnement que celui de notre santé.                                                   

 
 
La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT
 
 
 
PS : Bayer-Monsanto a enregistré une perte de près de 10 milliards d'euros au deuxième trimestre de cette année 2020. La cause de ce trou abyssal est à mettre sur le compte de la provision qu'elle a dû constituer au sujet du glyphosate, herbicide qui est son produit phare et a déjà entraîné le paiement d'un milliard de dollars à des plaignants américains qui ont contracté un cancer à cause de ses effets et va entraîner le déboursement de 9 autres milliards suite à un compromis passé avec les autorités judiciaires américaines qui permettra d'indemniser près de 125 000 plaignants victimes de cet herbicide.[2] Il y a quelques semaines à peine, la cour d'appel californienne a confirmé un jugement contre la multinationale allemande, tout en réduisant à 20,5 millions de dollars le montant de l'indemnisation réclamée par l'avocat de l'un des plaignants qui était atteint de leucémie.                                                  
                                                                                                                        
On voit que les faits scientifiques, la loi ainsi que les pressions citoyennes parviennent à rendre toujours plus contestable l'utilisation des poisons cancérigènes utilisés en agriculture. Voilà qui devrait inciter les instances nationales de la FNSEA à sortir d'urgence de l'agriculture productiviste, mère de tous les maux que connaît notre terroir.
 

 

 

[1] Avant que l'interdiction du glyphosate entre en vigueur en Autriche le 1er janvier 2020, la chancelière autrichienne de l'époque déclarait qu'elle ne pouvait transposer l'interdiction dans le droit national, le Parlement autrichien ayant soumis la demande à l'UE avec des erreurs procédurales. En conséquence, le Parlement autrichien a reformulé sa notification à l'UE en mai 2020 et la Commission européenne a jusqu'au 19 août 2020 pour exprimer son point de vue ou présenter des objections sur cette demande d'interdiction. 

 

[2] https://www.journaldemontreal.com/2020/06/24/roundup-bayer-va-indemniser-les-plaignants-americains-a-hauteur-de-10-milliards-de-dollars-1

  

Partager cet article

Repost0

commentaires