Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 11:24

                      L’avenir de nos retraites se jouera-t-il bientôt sur les marchés boursiers ?  Photo : Bastamag

 

 

   Quelle vie après le travail : les enjeux de la réforme des retraites

 

Basta ! décrypte pour vous ce qui se joue autour des retraites et du débat de société qu’elle provoque. Avec cette réforme, telle que la conçoit le gouvernement, « les pensions retraites existeront toujours mais ces retraites ne seront pas suffisantes pour maintenir son niveau de vie », nous prévient l’un des meilleurs spécialistes de l’État social, l’économiste Michaël Zemmour. « Celles et ceux qui n’auront que cela seront vraiment appauvris. D’autres, qui seront plus aisés, iront compléter par de la capitalisation. »
➡️ « Avec la réforme, les retraites de demain ne seront pas suffisantes pour maintenir son niveau de vie »

 

Qui sera « vraiment appauvri » ? Ce seront notamment les femmes. Les quelques aménagement proposés par la réforme Delevoye, tel le bonus de points dès le premier enfant, sont insuffisants pour corriger les inégalités que subissent déjà la moitié de la population. Les femmes sont plus précaires et moins payées que les hommes. Elles en paient les conséquences à la retraite. Le système à points n’y changera pas grand chose : « La somme des salaires perçus par une femme née entre 1950 et 1960 ne représente que 58 % de celle d’un homme. Sa pension, avec un régime à points prenant en compte l’intégralité de sa carrière, égalerait donc 58 % de celles des hommes. Pour l’équité promise, il faudra repasser », écrivait notre journaliste Nolwenn Weiler.
➡️ Pourquoi la nouvelle réforme des retraites pourrait encore aggraver les inégalités femmes-hommes
➡️ Les femmes seront encore les grandes perdantes de la réforme des retraites

 

Le gouvernement nous l’assure : les retraités pauvres bénéficieront d’une retraite moins indigne (1000 euros minimum garantis). C’est ce qui est ainsi promis aux agriculteurs, dont la majorité vit sous le seuil de pauvreté une fois à la retraite, depuis déjà… quinze ans, par le même Jean-Paul Delevoye ! Nul besoin d'un système de retraite à points pour garantir une retraite minimum à chacun et chacune.
➡️ Les promesses jamais tenues de Delevoye et du gouvernement en faveur de la retraite des agriculteurs

 

Face au risque d’appauvrissement, ceux qui en auront les moyens, en particulier les très gros salaires, se tourneront vers la retraite par capitalisation, et enrichiront les fonds de pension et les gros acteurs des marchés financiers, tels le plus gros fonds d’investissement au monde, BlackRock. Ces fonds de pension ont une belle marge de progression en France : ils n’y pèsent qu’un petit 0,7% du PIB, contre 76 % aux Etats-Unis ou 104 % au Royaume-Uni, comme nous le rappelle Rachel Knaebel.

➡️ Fonds de pension : l’avenir de nos retraites se jouera-t-il bientôt sur les marchés boursiers ?

 

Quant à fixer de fait l’âge de départ sans perte de pension à 64 ans (« âge pivot »), c’est oublier qu’espérance de vie et espérance de vie en bonne santé sont deux choses bien différentes. En France, en 2017, cette espérance de vie en bonne santé est, en moyenne, de 62 ans pour les hommes, 64 ans pour les femmes. Sans oublier les conséquences des conditions de travail sur l’espérance de vie : un cadre pourra espérer profiter de sa retraite six ans de plus qu’un ouvrier.
➡️Baisse des pensions, creusement des inégalités : ce qu’annonce le projet de réforme des retraites

 

Enfin, le futur déficit des caisses de retraites serait alarmant, répète le gouvernement. C’est faux, il restera provisoire et, surtout, peut être facilement comblé par les réserves financières accumulées dans un fond de réserve créé pour cela il y a vingt ans ! Ce déficit est surtout dû à la réduction de la masse salariale dans les services publics alors que le secteur privé recourt de plus en plus aux intérimaires, précaires et souvent mal payés. Ce sont autant de cotisations retraite en moins.
➡️Non, le déficit du régime des retraites par répartition n’est pas alarmant

 

 

NOUS AVON BESOIN DE VOUS ...

 

... pour continuer ce travail, pour l'améliorer, le rendre encore plus accessible à un public large, notamment à de nouveaux supports comme la vidéo, besoin de votre propres témoignages, mais aussi de votre soutien financier.  https://www.bastamag.net/don

 

  

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires